Idées fausses et bizarreries

“c’est un génie, elle a fait un mémoire sur Nietzsche et Dostoïevski où elle a eu 18”. J’essaie régulièrement d’élucider cette phrase, qui me poursuit depuis un certain temps déjà. Est-ce que c’est le fait de s’être spécialisé sur deux écrivains aussi (prétendûment) hermétiques qui est censé être génial ? J’ai en général droit à un murmure d’approbation de la part de personnes qui n’ont jamais lu les oeuvres en question, et qui n’auraient certainement aucune envie de s’avaler mon mémoire, lequel n’est pas plus transcendant que n’importe quel travail de maîtrise. Au début, malgré tout, je trouvais que c’était flatteur. Actuellement, ça commence à m’agacer légèrement. D’une part, parce que ce mémoire a plus d’un an, ce qui me donne l’impression que je n’ai rien fait d’important depuis; d’autre part – ce doit être ma paranoïa qui ressurgit – j’ai la vague impression que cela signifie “attention, cette fille elle a l’air conne mais pas tant que ça en réalité, la preuve…”. Les gens sont imprévisibles. Aussi inattendus que…

Cette vieille dame pomponnée qui m’a dit tout à l’heure : “vous êtes une belle brune ! Si j’avais été plus jeune…” (clin d’oeil et sourire aguicheur au rouge à lèvres baveux).

Que cette amie émouvante qui, en pleurant, explique : “ce n’est pas normal que l’amour et la mort soit liées, et s’il y avait un bon Dieu ce ne serait pas comme ça ; je dis tout le temps que je ne crois pas en Dieu, mais je prie et je mets des cierges dans les églises depuis des années en cachette”

Que mon chat que je dois tenir loin des cendriers et du tabac, parce qu’il le chique et avale les cendres.

Que ma mère, avec sa cinquantaine bien passée et ses quarantes années de tabagisme derrière elle, me disant naturellement : “je n’aime pas le goût des Gitanes, mais je les fume parce que ce sont les cigarettes de Gainsbourg”

Que moi, qui chaque soir depuis aussi loin qu’il m’en souvienne, vérifie qu’il n’y a rien caché au fond de mon lit (à l’endroit que les couvertures cachent toujours), avant d’éteindre la lumière. Je n’arrive pas à mettre d’image sur ce rien, il m’est néanmoins impossible de rester dans le noir sans avoir vérifié, plutôt deux fois qu’une… sauf lorsque quelqu’un partage mon lit (alors les riens ne peuvent me nuire, c’est une évidence).

Enfantillages. Je ne comprends pas grand chose…

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>