Fox in the snow…

J’en ai assez de m’auto-persuader, de m’accrocher, de me fixer des objectifs, et j’y croirais presque ! Jusqu’à la prochaine crise de larmes. c’est indécemment laid une larme : c’est sale, poisseux, irritant, ça me fait un maquillage à la Robert Smith. Ils disent que c’est de la faiblesse de déprimer, parce que tout le monde est dans la même merde et qu’il suffit de profiter des bonheurs simples pour se sentir bien. C’est de l’immaturité, de l’égoisme. Plus grave encore : ça pourrait tacher le bonheur illusoire de ceux qui m’entourent. C’est pourquoi, je vais rester seule afin de ne déprimer personne d’autre que mon chat. Stuart Murdoch, dans mon lecteur CD, ne devrait pas m’en vouloir. Pas tout à fait seule, puisque j’ai aussi de l’alcool et des cigarettes, pas de médicaments pour aller avec hélas. “Allez reprends-toi Peek_a_boo !” Bah, ça ira mieux demain comme ils disent… sauf que c’est la perspective d’être encore là demain et les jours suivants qui fait que je me sens mal. Pourquoi la science n’a-t-elle pas encore trouvé un moyen pour hiberner ? S’endormir quelques jours ou quelques siècles, n’ouvrir les yeux que pour vérifier que tout est toujours aussi moche. Je suppose que rêver à cette invention dénote encore un reste d’espoir quant à l’avenir ? Même ma capacité à me répandre sans le moindre zeste de pudeur dans cet espace virtuel m’écoeure. C’est facile, n’est-ce pas, de parler à du silence quand personne de réel n’accepte de m’écouter ?! Nausée.

(Belle and Sebastian – If you’re feeling sinister)

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 4 = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>