Last Updated:

10 morceaux de musique avant l’hiver

Catégories Musique

Je ne ferai pas de « top des meilleurs albums de l’année ». De toute façon, j’ai recommencé à trouver le temps de découvrir de la musique (pas seulement d’écouter les disques que je possède déjà) depuis environ trois mois, donc je serais bien incapable de lister tout ce qui est sorti en 2015. Et comme je suis « à la charge totale, effective et (pas) permanente » de mon compagnon, les seuls albums payants que je peux posséder sont ceux que mes proches m’offrent. J’avais simplement envie de faire un petit intermède musical entre deux textes, avec des morceaux que j’ai écoutés récemment – même s’ils ne sont pas récents – et que d’autres ne connaissent peut-être pas, que d’autres pourraient aimer (ré)écouter, qui sait ?

1. Paula & Karol
Au début de l’adolescence et des années 90, lorsque j’ai commencé à vouloir écouter autre chose que ce que mes parents me faisaient entendre (c’est à dire du rock et de la chanson française), je me suis dirigée vers la pop. Ayant passé mon enfance en Afrique, je ne connaissais rien de la musique des années 80, que j’ai découvert vers l’âge de vingt ans (longtemps, je me suis sentie en décalage avec ma génération, celle qui avait connu la télé et le Top 50). A 23 ans, je me suis mise à adorer Xiu Xiu et je crois que c’est ce qui m’a poussé à m’intéresser, de plus en plus, aux musiques expérimentales. Maintenant, j’écoute un peu de tout en fonction de mon humeur mais la pop, je m’en suis lassée dans l’ensemble. Je réécoute les disques que je possède déjà les soirs de nostalgie, ou lorsqu’une importante consommation d’alcool me donne envie de danser. Et puis, hier, soudain, je me suis demandé : au fait, à quoi ressemble la musique indépendante en Pologne ? Oui, ça me prend parfois, j’avais eu ma phase « Russie » auparavant aussi, bref. C’est ainsi que j’ai découvert ce groupe, qui fait donc de la pop.
Au fur et à mesure des albums, divers noms me sont passés par la tête, Moldy Peaches et Belle & Sebastian entre autres. Mais en fait non. Je trouve que ces airs rappellent quelque chose tout en restant singuliers et au bout du compte, à ma grande surprise, « en fait ce n’est pas aussi nul que ça » me suis-je dit. C’est peut-être en partie parce que je ressens la sincérité de ces artistes, leur joie de faire de la musique ensemble. Je ne sais pas du tout quel titre choisir, pourquoi pas celui-là ? (En vérifiant que le lecteur fonctionne, je m’aperçois que les autres titres de l’album s’enclenchent automatiquement en fait, si jamais celui-ci ne vous plaît pas mais que vous souhaitez laisser une autre chance au groupe).

Ensuite, comme j’aimais beaucoup la chanson « Calling », je suis allée voir s’il existait un clip et … Euh… J’ai découvert ça :

J’ai trouvé la vidéo freaky. Tous ces sourires pleins de dents m’ont perturbée. Ensuite, j’ai essayé de chanter la bouche écartée en exhibant ma dentition. C’est impossible ! Les commissures de mes lèvres se mettent à trembler et ça tire dans les joues. (Bon en fait, à 3 minutes et 26 secondes, il y en a deux qui oublient qu’ils doivent montrer leurs dents, mais la chanteuse y parvient jusqu’à la fin. Admiration.)

2. 1926
Nous sommes toujours en Pologne. De liens en liens, par la magie du Web, je suis arrivée là. J’ai été intriguée par ce qu’il pouvait y avoir derrière ce nom. Lequel, je suppose, doit être lié au coup d’Etat de mai. Globalement, je crois que j’aurais adoré leurs longs morceaux (20-25 minutes en moyenne) si je les avais découvert entre l’année 2002 et l’année 2005, à l’époque où j’écoutais beaucoup de post-rock. Comme pour la pop, je me suis lassée de ce genre musical et lorsque je souhaite en réécouter, j’ai plutôt tendance à ressortir mes vinyls cartonnés. Néanmoins, il y a cette exception, ce morceau au titre étrange, qui n’est pas vraiment post-rock et que j’ai trouvé très beau.

3. Geronimo!
Ce groupe-ci, je l’ai découvert grâce à ZB. J’aime beaucoup l’énergie qui se dégage de leurs morceaux. celui-ci est mon préféré, pas seulement parce que je ne connais que trois types de nœuds de cravate.

4. Dead Neighbors
Ce qui est chouette, avec les années 80, c’est qu’il est encore possible de découvrir des groupes post-punk oubliés une trentaine d’années après. Certes, rien de très original dans ce groupe par rapport à ce qui se faisait autour d’eux la même année, mais là encore, il est question d’énergie. Lorsque je fais des exercices de fractionné sur un tapis de course, je mets volontiers ce titre le temps d’un sprint.

5. Blick Bassy
Sans aucun doute l’artiste le plus connu de la liste. Je suppose qu’à trop chercher à écouter des groupes obscurs, j’en oublie de prêter attention aux autres. Cette chanson a résonné sous ma peau et embelli ma soirée un 28 novembre. Merci Victoire.

6. Bears on Parade
J’écoute ces confessions. Grandit cette sensation angoissante que quelque chose bascule et que ça se produit exactement au moment où je l’entends. Petit à petit le piano domine le reste. Là, j’en suis certaine, a lieu le dénouement à imaginer.

7. Vanessa’s Entire Heart
Ce n’est plus un secret et je n’en ai pas honte : j’ai un faible pour les chansons tristes des filles à belle voix qui jouent de la guitare, alors voilà.

8. Rainbow Danger Club
On ne sait jamais à quoi s’attendre avec ces Chinois là et leurs 7 albums (Ep et lives compris) parus en 3 ans. Morceaux interminables instrumentaux très rythmés (il y en a qui disent « épiques », « math rock » ou encore « rock progressif »), ballades douces chuchotés, sons électroniques… Alors, inévitablement peut-être, certains me plaisent et d’autres pas du tout. Malgré tout, j’aimerais être capable d’inventer un film qui aurait cet album pour bande-son.

Et une petite dernière, allez, parce que…
Space. Growing so lean. The land is infertile. And the air is so unclean. We’re searching for the new frontier. 
Room. Closing its doors. The kids are grown up. But the toys, still on the floor. Man, searching for the exit plan
To make our riches or to praise our gods. We’ll pack our belongings and we’ll jump into our pods set course for the nearest star.

8 commentaires sur “10 morceaux de musique avant l’hiver

    1. De rien, je suis contente que ça te plaise aussi.
      Pour ce qui est de la célébrité des artistes, je l’estime à peu près en fonction de leur nombre d’auditeurs sur Last.fm : 4732 quand les autres artistes de mon article en ont moins de 1000. Cela dit, 4700 auditeurs, ce n’est pas énorme non plus.
      Je fais mes découvertes musicales en suivant des personnes qui ont des goûts proches des miens et les recommandations qui me sont faites à partir de ce que j’écoute. Par conséquent, il suffit que j’écoute beaucoup de groupes obscurs pour en connaître toujours plus dans cette catégorie. Heureusement que, de temps en temps, je prête aussi attention aux liens musicaux diffusés par des ami(e)s sur FB !

  1. Excellent ^^ J’aime bien ce principe d’écoute, je le fais aussi (plus basiquement (plus attendu) sur deezer et spotify), j’ai fait des découvertes très intéressantes comme ça 🙂
    j’ai tenté last.fm mais je n’ai pas saisi le fonctionnement (l’écoute ne voulait pas fonctionner, c’était agaçant). Peut-être faut-il être inscrit pour pouvoir le faire… ?

    Je n’ai plus FB réellement donc de ce côté c’est foutu pour moi :p Par contre j’aime bien écouter sur les blogs, je découvre parfois de très bons artistes.

    1. Oui, Last.fm, « c’était mieux avant ». Au début, c’était gratuit. En 2009, il fallait payer pour profiter de tous les services, ce que je faisais (3€ par mois, ce n’est pas énorme). Depuis janvier 2015, on ne peut plus écouter sur le site mais on peut passer par Spotify (même lorsque l’artiste ne fait pas partie du catalogue Spotify mais qu’il a mis son titre en écoute sur Last.fm) (j’ai l’impression de m’exprimer très mal !) , sauf que ça déconne souvent (en ce qui me concerne, certains titres sont enregistrés en doublons par exemple).
      En fait, j’ai une application avec mon chromebook (je précise car je ne sais pas si une application similaire existe pour d’autres systèmes – c’est certainement le cas – et comment elle s’appelle) qui me permet de scrobbler sur Last.fm tout ce que j’écoute ailleurs (Spotify, Deezer, bandcamp, youtube…), et à partir de là j’ai quand même accès à des recommandations musicales, même lorsque je ne les écoute pas sur le site de Last.fm.
      Ces derniers temps, c’est surtout Bandcamp que j’ai utilisé. J’aime un disque qui est sur Bandcamp, je regarde quels sont ceux qui l’ont acheté, je parcours leur discothèque. Même si j’ai déjà acheté des albums sur Bandcamp, je ne me suis pas encore inscrite sur ce site, donc autant dire que je pique discrètement des idées d’albums à écouter chez les uns et chez les autres. Je fais la même chose avec les labels des albums que j’aime. Auparavant, je n’utilisais quasiment que les audioblogs pour faire des découvertes. Maintenant, à part celui de ZB – lien dans l’article – et quelques blogs étrangers, je connais déjà tout ce qui m’est proposé sur la blogosphère musicale française ou presque (ça fait super snob…), mais je prends quand même plaisir à lire certaines des chroniques des blogueurs ou leur ressenti à l’écoute de telle ou telle musique. Je suis aussi quelques personnes sur Twitter qui postent spécifiquement des liens vers des musiques.
      Autrefois, plus jeune, avant le web ou avant qu’il ne devienne aussi vaste, tous les mois, je lisais des magazines musicaux en entourant les chroniques qui me laissaient penser qu’un artiste me plairait, pour aller ensuite les écouter chez le disquaire d’à côté. Je faisais de belles découvertes moins facilement qu’aujourd’hui.

      1. Ça me rassure ce que tu me dis, ce n’est pas moi qui n’ai rien compris au site ^^ Trop compliqué tout ça, je laisse tomber définitivement last.fm. Merci beaucoup pour toutes ces précisions que tu me donnes !
        Tu me donnerais un ou deux comptes musique que tu suis ? Que je regarde si cela pourrait m’intéresser 🙂 Merci <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + trois =